18 juillet 2024

Le ministère de l’Economie, des finances et de la prospective s’engage résolument dans la lutte contre la corruption. Le mardi 28 novembre 2023, à Ouagadougou, le Dr Aboubacar Nacanabo, premier responsable du ministère, a officiellement lancé la 4e campagne d’information et de sensibilisation sur la corruption au profit des usagers. Cette campagne sera menée par les Comités anti-corruption du ministère dans les structures centrales et déconcentrées du département dans les régions au cours du mois de décembre 2023.

L’objectif de cette campagne est de créer des espaces de dialogue directs entre les Comités anti-corruption et les usagers des services publics, en mettant l’accent sur ceux de l’administration financière. Dr Aboubacar Nacanabo a souligné que la corruption est un fléau transnational qui affecte toutes les économies, y compris celles réputées être les plus développées. Ses conséquences sont énormes pour un pays comme le Burkina Faso, sapant les valeurs démocratiques, l’Etat de droit, les valeurs éthiques, aggravant les disparités économiques et sociales, et favorisant la criminalité organisée, notamment les flux financiers illicites, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Le ministre en charge de l’économie a exprimé l’ambition de créer une synergie d’action entre les Comités anti-corruption et la population pour promouvoir la culture du refus de la corruption, encourager et faciliter la dénonciation des cas ou des faits de corruption et infractions assimilées.

L’inspecteur général des finances, Cheick Sidi Mohamed Koné, a souligné que la corruption n’est pas l’apanage des structures de l’État, et que cette campagne de sensibilisation offre l’opportunité d’informer le grand public sur l’existence de dispositifs anti-corruption, d’enregistrer les préoccupations des populations et de fédérer les énergies pour anéantir ce fléau. Il a également souligné les moyens de dénoncer les cas de corruption, notamment par lettre anonyme, l’utilisation d’emails et de numéros verts.

La cérémonie de lancement de cette 4e édition a également été l’occasion de décerner des attestations de reconnaissance à des personnalités pour leur grande contribution à la promotion de la bonne gouvernance. La campagne de 2022 avait permis de toucher et d’échanger directement avec 4 462 usagers, dont 3 331 hommes et 1 131 femmes.

Cette nouvelle campagne vise à renforcer ces actions et à sensibiliser un nombre encore plus grand d’usagers. Elle met l’accent sur l’importance de la participation citoyenne dans la lutte contre la corruption et encourage la dénonciation des cas de corruption et des infractions assimilées.

Enfin, les organisateurs de la campagne espèrent atteindre un nombre encore plus élevé d’usagers cette année, afin de renforcer la sensibilisation et la lutte contre la corruption au Burkina Faso.

Estelle KONKOBO

Partagez cet article

Découvrez votre espace d'ambiance et de la bonne humeur !!!

X
Activez les Notifications Pour ne manquer aucune Information