L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes souriantes, personnes assises et intérieur

Pédagogie du consommons local de Thomas Sankara à une conférence de presse de la CEDEAO au Nigeria…

 » Si nous avions pris la décision de boire rien que les boissons produites au Nigeria. Eh bien il n’y aurait pas eu besoin d’importer cette cargaison de Whisky, de etc etc. Et ça allait être très bien, ca allait être de l’emploi pour beaucoup.
Si nous avions pris la décision de consommer rien que nos propres produits, nous n’allions plus parler de termes de l’echange et de cours des matières premières.
Consommons d’abord ce qu’il y a dans la CEDEAO, s’il en reste nous allons vendre à l’exterieur au lieu d’être comme des robots qu’on a dressé, un animal qu’on a conditionné pour happer ce qui vient de l’extérieur, des pays européens et autres.
C’est ça la honte.
C’est ça l’échec.
Tant que nous n’allons pas produire chez nous.
Transformer chez nous
Consommer en priorité ce qui est produit ici il n’ y a pas de moyen de se développer.
Un proverbe de chez nous qui dit ceci:  » l’enfant réfléchi, l’enfant intelligent est celui là qui préfère acheter les galettes de sa propre mère au lieu d’aller acheter les galettes d’autrui. Parce qu’il enrichit sa propre mère en achetant les galettes de sa propre mère.  »
Or nous qu’est ce que nous faisons nous enrichissons les autres.
Regardez dans nos rues, les véhicules venus de l’extérieur.
Regardez même dans la salle ici tous ces vêtements que vous portez tout ca c’est de l’argent que vous avez jeté hors de la CEDEAO.
Comment vous pouvez encore venir parler de la CEDEAO ? Faut d’abord commencer par consommer les produits locaux de la CEDEAO c’est ça qui est important…
Maintenant nous devons choisir pour l’avenir. Les aspects negatifs c’est que nos états restent fermés les uns aux autres jusqu’à présent.
Nos économies restent fermés les unes aux autres jusqu’à présent.
Nous continuons d’être des étrangers. Entre nous CEDEAO nous sommes toujours des étrangers les uns aux autres.
Pendant que des états ont beaucoup de viande à exporter on voit encore des états de la CEDEAO qui importent de la viande qui vient je ne sais où d’argentine, d’Australie.  »

À l’époque il était le président sortant de la CEDEAO.